Les Vieux Pistons du Cotentin ne craignent pas l’hiver !

Sans prétendre rivaliser avec les grandes concentrations hivernales (« Les Eléphants », « Les Marmottes » ou encore « Les Millevaches »..) la première sortie 2018 du Club méritait bien son appellation « d’hivernale » !
Il faisait bien froid en ce dimanche matin 11 février à Breuville et toute la journée le vent et les violentes averses de grêle rappelleront aux participants que cette période est faite pour les motards « durs à cuire ».
Tant pis pour les machines préparées et bichonnées en prévision de cette sortie. Les flaques d’eau et la boue du parcours auront vite fait de leur faire perdre toute superbe.
Dans ces conditions peu aguichantes seules une quinzaine de machines, dont un side-car, avaient répondu à l’appel.
Le parcours tracé et conduit par Ludovic  était constitué en grande majorité de petites (et parfois toutes petites !) routes. Partant de Breuville, l’itinéraire d’environ 90 km le matin passait par Rauville-la-Bigot, Grosville, Le Rozel, Surtainville, Carteret, Portbail, Saint-Sauveur-le-Vicomte.
Départ raté pour Claude, victime d’une fuite importante d’essence non réparable sur place, et qui devait faire un saut à son domicile pour changer de monture. Ne s’étant pas rendu compte de cet incident, le convoi attendait en rase campagne que Claude et le camion d’assistance le rejoignent.
L’absence d’autres péripéties permettait à Sylvie et Dominique de demeurer bien au chaud dans le camion, attentives à leur mission d’assistance.
Le déjeuner était prévu au restaurant « Les Routiers » de Rauville-la-Place où les familles de certains participants étaient déjà arrivées.
L’accueil chaleureux, le chauffage de la salle et un repas agréable et copieux ont été des moments de confort appréciés de tous.
L’après-midi, en dépit de conditions météo qui ne s’amélioraient pas franchement, Rémy prenait la tête du groupe pour une petite promenade de 40 km passant par Pont-Labbé, Orglandes, Valognes, Sottevast pour s’achever à Breuville.

Malgré une année de plus, machines et pilotes auront montré que des vieilles mécaniques et des (souvent) vieux motards peuvent encore affronter l’hiver !

Dominique et Sylvie, au chaud, en charge de l'assistance

 

Dominique et Sylvie, au chaud, en charge de l'assistance

Une tenue adéquate pour les routes de février

Une tenue adéquate pour les routes de février

 

 

Pour affronter l'hiver, une troisième roue est un plus ! (1)

Pour affronter l'hiver, une troisième roue est un plus ! 

 

Merci à Paul pour ce récit de cette hivernale qui a mal commencé pour votre serviteur car j'ai été bousculé par une voiture juste avant de partir faire la balade . Plus de peur de que de mal, quelques ecchymoses et un doigt en sang. Concernant la moto , la Norton 16 h "félix the cat" , elle va être réparée et sera de nouveau sur la route .